Les Français ont passé leur couronne au Italiens

Les Français ont passé leur couronne au Italiens, les Françaises n'ont pas franchi la dernière marche et le sport-tambourin en salle continu de grandir avec la halle des sports de St-Martin-de-Londres.

Les Italiens reviennent dans le jeu

La roue a fini par tourner en faveur des Azzuri lors de ce 3ème championnat du monde en salle.

Après les échecs de leur équipe nationale en 2015 et 2017 les Italiens ont remis la main sur un trophée en salle. Une disette d’autant plus marquante que la suprématie des clubs français en Coupe d’Europe a aussi privé les équipes italiennes de finales en 2017, 2018 et 2019.

Le parcours des Italiens comme des Français jusqu’en finale n’a été entaché d’aucun moment de doute. Du côté des transalpins le Portugal ne faisait pas le poids pour sa première participation à un mondial (13-0), les Allemands ne parvenaient qu’à faire légèrement mieux (13-1). La République de San Marin était elle aussi balayée.

Les Bleus infligeaient 13 jeux à rien à l’Angleterre puis, le sélectionneur Gauthier Vidal faisait tourner son effectif lors d’une victoire presque aussi large sur l’Espagne (13-1). En l’absence de Cuba, les Français passaient par un match d’appui contre l’Allemagne et validaient leur place en demi-finale avec une victoire 13-5. En demi-finale la sélection française rencontrait pour la 3ème fois consécutive dans cette compétition le Brésil. La Seleçao se montrait pourtant beaucoup moins accrocheuse que lors des éditions précédentes. Les Auriverde se retrouvaient rapidement menés 6 jeux à 0 et ne débloquaient leurs compteurs que beaucoup trop tard. Les Français passaient en finale sur le score de 13 à 4.

Dans l’autre demi-finale les Catalans s’inclinaient contre les favoris italiens (13-2) pour offrir une 3ème finale Italie-France en trois éditions de ce championnat du monde.

La finale

Lors de la première partie de la rencontre les Français apparaissaient légèrement en-dessous des Italiens (2-1) mais restaient dans le coup (4-2) et répondaient aux Azzuri (5-4). Malheureusement les choses se gâtaient par la suite avec un break transalpin (8-4) puis un retour des bleus (9-8) mais l’écart se creusait à nouveau (11-8) et la fameuse remontada de la finale 2017 n’allait pas se reproduire et trophée mondial changeait de main sur le score de 13 jeux à 8.

Les Françaises ne complètent pas leur collection

Le titre mondial a une fois de plus échappé aux françaises après un parcours pourtant sans faute.

La présence des Hongroises et des Brésiliennes dans la poule de qualification pouvait laisser planer un doute avant le début de la compétition. Mais, dès la première journée, les Bleues balayaient toutes les craintes en battant le Brésil (13-1) et en ne laissant aucun jeu à l’épouvantail hongrois (13-0). Une façon d’exorciser la demi-finale perdue contre cette même nation en 2015.

Le Portugal en match d’appui (13-0) comme l’Allemagne en demi-finales (13-0) ne posaient aucun problème aux Françaises.

Les Italiennes avaient un peu plus de mal dans leur demi-finale contre la Catalogne (13-6) alors que les transalpines avaient, elles aussi, survolé leur poule contre l’Allemagne  (13-2) et l’Angleterre (13-1).

La finale

Stéphane Mauri, le sélectionneur français, avait logiquement privilégié un démarrage de la rencontre avec les joueuses Paulhan, équipe de championne d’Europe des clubs. Mais la mayonnaise ne prenant pas et les Italiennes menaient à 6 jeux à 3.  L’entrée de Nadège Charles au centre à la place d’Océane Pastor puis de Carole Ferrier, en remplacement de Delphine Goud, ne parvenaient pas à endiguer l’avance des italiennes qui finissaient par s’imposer 13 jeux à 6 sans que les Bleues ne soient parvenues à se porter à la hauteur de l’équipe d’Italie.

Un nouvel écrin pour le tambourin

L’inauguration de la halle des sports de St-Martin-de-Londres a été l’occasion pour les joueurs des clubs de Notre-Dame-de-Londres et de Viols-le-Fort de faire résonner l’édifice des impacts de balles sur des tambourins.

Une première qui devrait rapidement se concrétiser en une présence très régulière du sport-tambourin en salle dans cette halle. La présence d’espaces de dégagement permettant l’installation de gradins et la présence de public devrait encourager la pratique en rassemblant un public de connaisseurs et de néophytes.

Les locaux, comme départementaux, régionaux, nationaux et européens ont tous fait une déclaration d’amour au sport-tambourin pour lequel ils semblent avoir les yeux de Chimène.

Il faut dire qu’un sport qui cumule les avantages d’être à la fois patrimonial et vivant, pratiqué aussi bien au féminin qu’au masculin, local et international, traditionnel et dans l’air du temps est une véritable perle pour un territoire qui cherche à se singulariser tout en s’ouvrant au monde.

 

Dona al sito Tambass.org
E dai, offrimi un calice di vino!
Siate generosi, per favore

Meteo

giweather joomla module

Login

Questo sito utilizza cookie, anche di terze parti, per personalizzare i contenuti. Per informazioni o negare il consenso a tutti o ad alcuni cookie leggi la nostra Cookie Policy Chiudendo questo banner, scorrendo questa pagina o cliccando su qualunque suo elemento acconsenti all'uso dei cookie. Per maggiori informazioni sui Cookies e su come disabilitarli, potete visitare la nostra pagina di privacy policy.

  Accetto i Cookie da parte di questo sito.